Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 mai 2012

LA TRIENNALE

"Un large état des lieux de l’art contemporain au confluent de la scène française et des foyers de création internationaux", c'est l'objectif des organisateurs de la TRIENNALE qui se tient à Paris, jusqu'au 26 août 2012, dans 7 lieux différents dont le Palais de Tokyo.

Triennale, Palais de TokyoEn haut au fond "Death of a king" d' Ulla Von Brandenburg, devant l'installation de pianos de Mathieu Kleyebe Abonnenc "For Julius Eastman". En bas à gauche "Motion/Emotion" d'Annette Messager.

D'après le commissaire de l'exposition, Okwui ENWEZOR, le concept de cette édition 2012 "Intense Proximité" permet une exploration des espaces où l’art et l’ethnographie convergent vers une fascination renouvelée pour l’inconnu et le lointain. 

Triennale, Palais de TokyoEn bas à droite, compositions de Camille Henrot, « Est-il possible d'être révolutionnaire et d'aimer les fleurs».

La création y est abordée sous l’angle de la richesse des échanges, dans un contexte où l’art apparaît désormais comme un phénomène mondialisé résultant d’un tissage complexe de relations qui s’affranchissent des distances géographiques. "Intense Proximité" entend ainsi s’interroger sur la place de l’individu de par ses origines, sa formation intellectuelle et sa trajectoire de vie dans le contexte plus large d’une société dont les lignes de failles s’avèrent de plus en plus mouvantes.

Triennale, Palais de Tokyo
En bas à gauche "Palm sign" d' Yto Barrada. En bas à droite l'installation de matériaux divers
et ventilateurs "Motion/Emotion" d'Annette Messager.

Voilà pour l'explication intello et encore je n'ai recopié que les extraits les plus compréhensibles...  Mais trève de plaisanterie, j'ai énormément apprécié... le lieu d'exposition !  

Triennale, Palais de Tokyo
Dans les escaliers qui descendent vers les niveaux inférieux, deux tags, authentiques ou "mis en scène" ?

Des oeuvres, je ne garderai, malheureusement pas, un souvenir impérissable. Eternels discours sur les différences, tout à fait respectables, entre les peuples, et donc ceux qui n'ont pas été respectés...  quelques photos chocs qui ne choquent même plus, énormément de videos, mais rien de nouveau, ni dans les idées ni dans les techniques ou la scénographie ; normal, le but de l'exposition étant simplement de présenter un large inventaire de la création contemporaine, française et internationale, des dernières décennies.

Triennale, Palais de TokyoEn haut et en bas à droite, "Sleeping City" de Dominique Lang. En bas à gauche, les tableaux sculptures de Nicholas Hlobo. 

Non, décidément, c'est le palais de Tokyo et ses sous-sols qui m'ont impressionnée. Entre le "chantier brut de décoffrage" et les "ruines en cours de réhabilitation", c'est la valse des hésitations au fur et à mesure de la visite des 22000 m2 sur trois niveaux. D'ailleurs, au bout d'un moment, malgré toute l'attention que l'on peut accorder aux oeuvres, on se détourne irrésistiblement vers le bâtiment, son dédale de salles et d'escaliers entre clair-obscur, son béton récent ou ses pierres anciennes... à en oublier de noter le nom des artistes et des oeuvres.

Triennale, Palais de Tokyo
En bas à droite, "Afro Lily lover" de Chris Olifi, acrylique sur lin et excréments d'éléphant.

Les installations profitent largement de l'espace pour se mettre en valeur, tandis que les projections video ne manquent pas de recoins sombres pour se visionner en boucle. Il faut dire aussi que ces locaux ont accueilli, il y a quelques dizaines d'années, la Cinémathèque Française.

Triennale, Palais de Tokyo
En haut à droite, "A letter can always reach its destination" installation video de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige

Au deuxième sous-sol, dans un bar écolo au mobilier recyclé et aux excellents jus de fruits non traités pressés minute, une étudiante m'a raconté qu'il y avait des histoires de fantômes dans ces murs... Il parait que des choses terribles se sont passées sous l'occupation dans ces sous-sols...

Triennale, Palais de Tokyo

Pourquoi pas ! Si vous passez par Paris, faites un tour dans ce lieu particulièrement à part. Il y a une ambiance, c'est sûr...(un peu comme aux abattoirs à Nice)  et des oeuvres intéressantes, quand même.

Elle a mis un commentaire ci-dessous suite à cette note parce qu' Henriette L. a, elle aussi, un blog dans lequel elle parle des choses qu'elle a vues et aimées. Lisez ICI sa note sur La Triennale.

Palais de Tokyo 13 avenue du Président Wilson 75016 PARIS. Ouvert tous les jours sauf le mardi, de midi à minuit. www.palaisdetokyo.com

http://www.youtube.com/watch?v=s4Qa6Mt39jI&feature=yo...

Commentaires

oui oui, j'aime bien ce que vous dites de votre visite
comme j'ai moi-même rendu compte de la mienne je voulais voir sur le net si d’autres blogs s'en faisaient l'écho
le lieu qui devient plus intéressant que les oeuvres, c'est aussi ce que j'ai ressenti
vous parlez bien de l'expo et du lieu de l'expo
avec ouverture d'esprit
et esprit

Écrit par : Henriette L. | 31 mai 2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire