Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Coups de Coeur

  • Imprimer

    BEDDINGTON FINE ART, une galerie au coeur du village

    Loin des galeristes "bling-bling", à Bargemon, joli village du Haut-Var, un couple de passionnés, Michèle et GuyBeddington, choisit, au coup de cœur, les artistes et les œuvres qu'il représente.

    BARGEMON 10.6.jpg

    Et l'on sent bien que c'est le cœur qui parle lorsque Michèle Beddington vous présente chaque toile, chaque pièce, avec infiniment de douceur, petite histoire par petite histoire. Les méthodes de travail, les supports employés, les sujets abordés, tout vous est raconté, sans rien réciter.

    Bargemon, Galerie Beddington, Elsa Maggrey

    Actuellement, des œuvres en bois, pierre, acier, pigments, de Johannes BECCER sont présentées en exposition temporaire au rez-de-chaussée de la galerie. Si vous vous étonnez de la prédominance du noir dans tous les encadrements, Michèle vous expliquera que, justement, ce bois d'encadrement fait partie du travail de l'artiste. Elle vous dira aussi comment la pierre d'un pan de mur de la pièce a été mise à nu pour faire résonner le profil des personnages créés par BECCER.

    BARGEMON 10.62.jpg

    Que la représentation soit un partage depuis de nombreuses années, comme avec Etiyé DIMMA-POULSEN, Marcel PINAS (rencontrés en 2011 dans le jardin des sculptures, relire ICI) et LUME, ou un échange de sensibilités plus récent, pour KUKI ou Noriko FUSE, la sincérité de Michèle vous touchera forcément, tant elle parle de chacun avec authenticité.

    Bargemon, Galerie Beddington,

    L'entre-sol de la galerie est une caverne d'Ali Baba, où chaque pièce est en valeur, au milieu d'une apparente accumulation. Une visite à la Galerie Beddington est un moment rare de plaisir dans le monde de l'art contemporain.

     

    La galerie participera au Festival d'art et de musique de Bargemon, du 28 au 31 juillet prochain, 4 jours d'expositions en plein air, de performances et de concerts.

     

    Galerie BEDDINGTON 13 rue de la prison 83830 Bargemon. Contact  04 94 76 64 06 - 06 64 80 29 55  contact@beddingtonfineart.com

  • Imprimer

    PULSATIONS D'OMBRE ET DE LUMIERE

    Jusqu'au 27 mai, la Villa Aurélienne de Fréjus présente le travail de l'artiste niçoise, Agnès JENNEPIN, au travers de l'exposition "Pulsations d'ombre et de lumière".

    Agnès Jennepin, Villa Aurélienne Fréjus, Expo pulsations d'ombre et de lumière

    Deux années de préparation ont été nécessaires pour cette rétrospective de 18 ans de création artistique. Le site de cette demeure à l'architecture fin XIXème,  classée monument historique, prête un cadre raffiné à des œuvres tout aussi délicates que recherchées.

    Agnès Jennepin, Villa Aurélienne Fréjus, Expo pulsations d'ombre et de lumière

    L'évolution du travail d'Agnès Jennepin est impressionnante, des mosaïques de verre aux formes épurées, aux portraits féminins "double-face" au coup de crayon assuré, en passant par les toiles marouflées au papier de Chine Wenzhou à la transparence étudiée et les portraits bulle où l'effacement souligne le sujet.

    Agnès Jennepin, Villa Aurélienne Fréjus, Expo pulsations d'ombre et de lumière

    L'artiste s'exprime aussi bien dans le figuratif que dans l'abstraction. A l'étage, des paysages mentaux instantanés sont nés d'un trait noir sur la feuille blanche, tandis qu'au rez-de-chaussée, une installation en toile de jute évoque les périples des migrants, entourée par des toiles où un gorille questionne l'humain sur les destructions de la nature...

    Agnès Jennepin, Villa Aurélienne Fréjus, Expo pulsations d'ombre et de lumière

    Personnellement un coup de cœur pour le cabinet de curiosités ! Dans cette pièce chaleureuse, une infinité de petites histoires de cœur sont racontées au travers d'installations et de sculptures, avec en fond sonore un rythme cardiaque à 60 pulsations/minute. Un voile de mariée auquel s'accrochent des lettres d'amour de personnages illustres, une évocation d'une certaine boite de Piero Manzoni, un paysage vu d'avion représentant en réalité le muscle cardiaque, un électro-cardiogramme de la mer Méditerranée voisine !  Durant de nombreuses années, Agnès Jennepin a travaillé en chirurgie cardiaque...et c'est avec beaucoup d'humour et de sensibilité qu'elle transpose ce milieu professionnel en œuvres d'Art.

    Agnès Jennepin, Villa Aurélienne Fréjus, Expo pulsations d'ombre et de lumière

    L'exposition est visible, en entrée libre, tous les jours de 14h à 17h sauf le mardi. Agnès Jennepin accompagne votre visite tous les week-ends (sauf celui de l'Ascension) ou sur rendez-vous au 06 64 04 72 95.

    Villa Aurélienne 85 Avenue du Général Callies, 83600 Fréjus. Tél 04 94 52 90 49. Dans un parc municipal de 24 hectares de végétation méditerranéenne et des vestiges d'un aqueduc romain.

  • Imprimer

    UN REVE EVEILLE

    284368_253193904710018_6314520_n.jpgMarie dit : "visualiser un endroit que vous aimez beaucoup". Immédiatement je vois le hameau du village italien de mon père, je suis assise dans l'herbe d'un pré, et je regarde le village. Tout est vert, on est au printemps, c'est la campagne. Marie dit : "ressentez les odeurs, les couleurs". Je sais qu'il y a une ferme juste derrière moi et au mot odeur je vois les vaches. On allait chercher le lait frais tous les soirs. Marie dit : "prenez un chemin". Je me vois en train de marcher sur le petit chemin de terre et de pierre qui mène à ces quelques maisons regroupées. Marie dit : "il y a un escalier, vous le le montez ou vous le descendez, comme vous voulez". Où vais-je trouver un escalier en pleine campagne !  Pas d'importance, je visualise un escalier en plein milieu du chemin et je le grimpe. Marie dit "Au bout de l'escalier, il y a une porte, vous ouvrez la porte et maintenant, racontez ce que vous voyez".

    J'ai ouvert la porte et, tout de suite, je vois un vide, le ciel et des nuages. J'ai eu l'impression de revoir le début d'un rêve fait récemment. Volontairement j'ai bloqué cette image et me suis dit, non je ne veux pas refaire ce rêve.

    Je raconte à voix basse à mon binôme qui prend des notes:

    Le ciel bleu, les nuages, la mer en bas, la lumière. Je suis dans l'eau, je nage, je me sens bien, les vagues scintillent. Je rejoins un rocher et je sors de l'eau pour m'assoir dessus et me sécher au soleil. Ce faisant, je tourne vers la mer et je vois, en suspension dans le ciel l'encadrement blanc de la porte que j'ai ouvert. Bizarre, étonnant, une lumière passe au travers de cet encadrement. Je reste un long moment sur mon rocher à regarder la mer, le ciel, les nuages, cet encadrement de porte qui flotte au-dessus de ce paysage. Je pense à une apparition de la Vierge Marie...

    Puis j'en ai assez de cette immobilité, j'aperçois une plage au loin et je repars à la nage. Au sortir de l'eau, sur une plage de sable blond, je me retourne vers la mer, m'assois sur le sable et suis surprise de voir à nouveau cet encadrement blanc flotté au-dessus de la mer sur ma droite. Pourquoi est-il toujours là ? toujours la lumière à travers, les nuages blancs, diffus autour. Cela commence à m'agacer. Autour de moi, la plage de sable bordée d'une végétation. Là aussi, je reste un long moment assise au même endroit à regarder la mer, les vagues. Il fait très beau, chaud, bien que je ne vois pas le soleil mais une lumière claire. Là aussi, au bout d'un certain temps, j'en ai assez de cette immobilité. L'encadrement de porte flottant dans le ciel m'agace de plus en plus.

    un rêve éveillé

    Il faut que je bouge. Je me lève et décide de partir marcher le long de cette plage. Je tourne résolument le dos à l'encadrement de porte flottant dans le ciel. Je ne veux plus le voir. Je marche, longeant la mer à ma droite, la végétation à ma gauche, les pieds nus dans le sable chaud. Je suis seule, rien d'autre à l'horizon que cette bande de sable au bord de mer. Dans les vagues au loin, je vois une barque en bois s'approcher du rivage, un pointu de chez nous. Il me semble qu'il n'y a personne dedans. La barque vient s'échouer devant moi sur le sable. Je me demande si je dois monter dedans. Je m'approche, elle est vide, je la regarde, je la contourne et puis non, je ne veux pas monter dans la barque, je m'éloigne et reprends ma marche sur la plage. L'impression que ça n'en finit plus, toujours rien d'autre à l'horizon que la mer d'un côté, la végétation de l'autre et cette plage qui n'en finit plus de se dérouler devant moi. Dans les plantes, je vois une très belle fleur rouge, fushia, avec des pétales énormes. Je continue de marcher en me disant : "ça doit être une île, je tourne en rond !!".

    un rêve éveillé

    Puis j'ai l'impression à un moment que mon petit-fils va me rejoindre. Je lui dit : "non, ne viens pas, pas ici". Est-ce la notion d'île... je me retrouve tout à coup à l'île St Honorât, sur le chemin qui longe la mer et les rochers, juste après l'ancien fort et sa tour. Là je sais où je suis ! Je marche sur ce sentier large que je connais. Je sais qu'il fait le tour de l'île, je vois les bateaux entre les deux îles. Je sais que je vais arriver à l'embarcadère des bateaux qui font la navette entre Cannes et les îles. Je monte dans un de ces bateaux. Je vois la ville de Cannes au loin.

    Enfin, je vais revenir chez moi. Je débarque à l'ancien embarcadère, celui à côté du Palais des Festivals (étonnant car je sais qu'il n'est plus là maintenant). La sensation d'être enfin arrivée.

    C'était une expérience de Rêve Eveillé Libre, plus d'infos : www.reve-eveille-libre.org

  • Imprimer

    GOBI STREET ART

    Sur la multitude de publications Facebook, il y a, de temps en temps, des images qui accrochent l'attention. Ce fût le cas dernièrement avec des photos de gobelets sur du grillage....

    gobi family

    Curieuse évidemment, je ne me suis pas contentée de regarder les images... Un lien envoyait vers des articles de journaux dans la région de Montpellier racontant l'initiative artistique d'une famille.

    gobi family,street art gobelets,gard

    Je les ai contactés via Facebook pour avoir leur autorisation de publier leurs photos en parlant d'eux. Ils m'ont répondu affirmativement alors je vous présente la famille GOBI. Jeu de mots entre une abréviation de gobelet et ce nom de petit poisson bien méditerranéen, synonyme d'étonné un peu loufoque, cela reflète déjà le sens de l'humour, de la dérision et l'amusement sans se prendre au sérieux.

    gobi family,street art gobelets,gard

    Un jeune couple avec une fillette d'une dizaine d'années et un petit garçon de 7 ans s'amusent à créer ces œuvres éphémères avec des gobelets de couleur accrochés sur les grillages des environs.

    gobi family,street art gobelets,gard

    Les enfants dessinent sur papier les futures réalisations. Les parents, fans de street art, les guident dans leur démarche, trouvent le lieu, sans doute au hasard de balades. L'idée leur est venue en voyant un article sur des artistes australiens qui utilisaient les gobelets pour créer des installations géantes.

    gobi family,street art gobelets,gard
    Oeuvre du duo australien HYDE and SEEK

    Pour voir les oeuvres de la GOBI FAMILY, il vous faudra promener entre Nîmes et Montpellier. Je n'en dis pas plus....Si, vous pouvez les retrouver sur Facebook : https://www.facebook.com/lagobifamily/

  • Imprimer

    MESSE DES ARTISTES 2018

    Organisée par l'Aumonerie des Artistes, et plus particulièrement par le frère dominicain Yves-Marie LEQUIN, passionné d'Art et lui-même artiste peintre, la messe des artistes rappelle, chaque année, le voeu d'Adolphe Léon Willette, illustrateur et caricaturiste français (1857-1926).

    bettini.jpg
    Loïc Bettini, marionettiste

    "Les artistes de Paris, en union avec leurs camarades du monde entier, viennent, depuis le mercredi des Cendres de l'an 1926, recevoir les cendres et prier pour ceux d'entre eux qui doivent mourir dans l'année". 

    Le mercredi 14 février 2018 à 18h, à l'Eglise St Pierre d'Arène à Nice, un plateau de 200 artistes vous attend, peintres, sculpteurs, saltimbanques, musiciens, chanteurs, pour une manifestation hors normes sur le thème "Les artistes font leur cirque".

    messe des artistes 2018.jpgComédiens
    Michael Lonsdale, comédien, metteur en scène, peintre
    Isabelle Servol, comédienne, chanteuse
    Bidouille, clown
    Loïc Bettini, mime, marionnettiste, poète
    Performance
    Compagnie Laura Hurt
    ''Cirque de crapauds et de caméléons'' avec Laura Hurt
    Conception Stéphane Huret.
    Magicien : Triton
    Jongleurs, acrobates
    Thomas Lasne, jongleur
    Paul Mouret, acrobate
    L’école du cirque des Paillons
    Chanteurs
    Diane Fremaux, soprano
    P. Gil Florini, prêtre chanteur
    Franck Asparte, ténor
    Matthieu Peyrègne, contre-ténor
    L’ensemble polyphonique de Nice 
    Musiciens
    Scarlett Khoury, harpe
    Stéphane Éliot, orgue, électone
    Jean-Marie Foucard, orgue
    Jean Pezzali, digeridoo

    Autres participants :
    Les figurants reconstitueurs historiques de l’association « Pour le panache »

    Plasticiens exposants sur le thème « Les artistes font leur cirque »
    Peinture, sculpture, photo, vidéo, installation. Vernissage durant la messe des artistes
    Alain Aguano-Frédéric Altmann-Anet-Michel Anthony-Henri Amar-Thomas Bambini-Laurence Belhomme-Sylvie Bertrand-Michèle de Boissieu-BBR Brigitte Berger Rougagnou- Audrey Bollaro-Florence Borja-Laurent Bosio-Jocelyne Bosschot–Lionel Bouffier-Bob Brennen-Nathalie Broyelle-Philippe Broyelle-Thomas Calvanico-Carlos Gaspar-Jean Cavalier-Chantal Cavenel-Valérie Cheno-Augustin Colombani-Carmy Convertino-Yann Deleneuville (Kastor)-DoGi-Louis Dollé-Domih-Lionel Fantini-Thomas Faure-Jean-Marie Fondacaro-Jean-Paul Fouques-Christine Franceschini-Daniele Galbiati-Jean-François Gaulthier-Geneviève Gazan-Gen-George Sculpteur-Elena Di Giovanni-Michel Gouaud-Betty Graffiti-Pascal Habecker-Julien Hayot-Béatrice Heyligers-Raymond Hommet-Laura Hurt-Margot Issaly-Agnès Jennepin-Suzan L-Lagan Perception-Anthony Lanneretonne-Marc Lapolla-Anne-Laure Lavagna-Marc Lavalle-Yves-Marie Lequin-Ioan Léveillé-Ulis de Loma-Jocelyne Llobregat-Jasmine MD-Felix Macri-Charles Marc-Albino Angelo Marcolli-Margaud-Svetà Marlier-Gabriel Martinez-Mary B-Moko Mademoiselle-Annie Bianca Montoya-Steve Morphée-Chantal Moulin Cabot-Moustache Bleue-Patrick Moya-Paul Nadé-Francois Nasica-Paulin Nikolli-Odin-Nanou J. Paolini-Yvette Paris-Parker-Silvia Pedrini-Marc Piano-Steph Le Pic-vert-Pierre Hugues Polacci- Francis Puivif-Alexandre Prieur-Laurence Rasteu-Marie-Caroline Regottaz-Corinne Reinsch-Jacques Renoir-Benoit Rousseau-Caroll Rosso Cicogna-Richard Roux-Robert Roux-Tommaso Russo-Ica Saez-Alejandra S-Philippe Sanguinetti-Arnaud Savary-Patrick Schumacher-Slobodan-Jérémy Taburchi-Martine Thibaud-Chris Tiboise-Silva Usta-Méry Vial- Wei Ting Huang-Zambrana

    Et les iconographes : Milad Ajoury, Marie Chèvremont, Colette Choury, Corinne Garcia, Nicole Gros, Marie-Claude Hovasse, Marie-Odile Martin, Elisabeth Octunio, Emmanuelle Ordener, Jeanine Robaut, Caroll Rosso Cicogna

    messe des artistes nice 2013

    Plus d'infos sur Willette (1857-1926) en provenance de Wikipedia. Adolphe Léon Willette, est un illustrateur et caricaturiste français, né à Chàlons-sur-Marne le 31 juillet 1857 et mort à Paris le 4 février 1926. Élève de Cabanel à l'École des Beaux-arts, il débute au Salon de 1881. Il illustre Victor Hugo, peint des fresques et des vitraux, dessine des cartes postales, des affiches publicitaires, des couvertures de livres et, en échange d'un repas, des menus de brasserie. Ses représentations de Pierrot et Colombine lui valent une certaine popularité. Officier de la Légion d'Honneur en 1912, Willette a publié ses souvenirs en 1919 sous le titre Feu Pierrot.

    Willette est un artiste très controversé, fondateur et décorateur du cabaret du Chat Noir de Montmartre où se retrouvent peintres et poètes. À travers une œuvre qui prend le risque de choquer, il combat l’église des bourgeois et des bien-pensants, celle d’en haut, de la Basilique du Sacré-Cœur, et veut défendre celle d’en bas, où l’argent et le pouvoir «n’ont pas encore remplacé la fonction du cœur».

    Aussi a-t-il voulu, peu de temps avant sa mort, que tous les artistes puissent se retrouver afin de se rappeler «qu’ils sont encore des hommes c'est-à-dire engagés par tout leur art au service de l’aventure humaine, si fragile, si belle. Les cendres reçues sur le front en sont le signe simple et direct. Willette est mort quelques jours avant la réalisation de son vœu célébré désormais chaque année, exactement comme il l’a voulu, avec la lecture de sa prière: «…ceux-là, Seigneur, te saluent avant de mourir ! Nous, les artistes dans l'arène ténébreuse, à la lueur des armes que tu nous as données…»

    Le poète Apollinaire a écrit que l’on devrait donner le Prix Nobel de la Paix à ce créateur «qui a fait presque autant de dessins contre la guerre que contre l'hypocrisie de ceux qui détestent la beauté».

  • Imprimer

    MAX GALLO, MA BAIE DES ANGES

    max gallo,la baie des angesC'est sans doute parce que ses origines italo-niçoises étaient les mêmes que celles de mon père que j'ai toujours eu une tendresse particulière pour Max GALLO, parti à l'âge de 85 ans en ce mois de juillet.

    Mon premier souvenir est bien évidemment "La baie des anges". A l'époque de la sortie de cette trilogie en 1975, son éditeur avait organisé une soirée de présentation au Palais de la Méditerranée où travaillait mon père. Max GALLO lui avait fait une dédicace et, depuis, le coffret, édition originale, n'a pas quitté la maison.

    Cette biographie semi-imaginaire des trois frères piémontais arrivés à pied à Nice pour y vivre des destins très différents, je l'ai lue à trois reprises durant ma vie. La première fois, j'étais adolescente et je ne pense pas avoir réalisé que je lisais une histoire tellement proche de celle de ma famille paternelle. Ma grand-mère maternelle, niçoise pure souche de la place St François, s'agaçait un peu de l'état de pauvreté évoqué par l'auteur pour ces émigrés italiens, sans doute parce qu'elle ne l'avait pas constaté par elle-même et qu'elle en ignorait l'existence.

    A la trentaine venue, avec des enfants jeunes et ce besoin de rechercher des racines, la deuxième lecture fût plus attentive. J'arrivais à retrouver les personnages réels cachés dans les évocations de ces trois romans, le constructeur du Negresco, une fameuse entreprise de bâtiment... L'évolution du progrès industriel à Nice m'apparaissait plus évidente. Les ouvrages de Max GALLO ont souvent mêlé le social et l'historique.

    Après la troisième lecture quelques années plus tard, deux points marquants me sont restés en mémoire. D'abord, l'émerveillement de ces trois jeunes gens à leur arrivée au-dessus de Nice et la première vue sur la baie des anges. Longtemps, j'ai pris la Prom, de bonne heure le matin, pour venir travailler à Nice, et combien de fois, j'ai pensé à ce passage du 1er tome ! Enfin, le voyage de retour à Mondovi par deux des frères dans le 3ème tome, vers la fin de leur vie. Ce retour aux racines pour mesurer le chemin parcouru...

    De Max GALLO, j'ai lu nombre de romans aux personnages tellement forts, aux vies si proches de la réalité, tel que "Jè, histoire modeste et héroïque d’un homme qui croyait aux lendemains qui chantent". Il m'a permis aussi de découvrir des biographies passionnantes, tant son style était plaisant, sans phrases complexes à la limite de l'incompréhensible. De Gaulle, Napoléon, Garibaldi, Victor Hugo, aurais-je eu l'envie de lire si ce n'avait pas été du Max GALLO.

    Mon rêve, c'était une biographie de Vincent Van Gogh écrite par Max GALLO.

  • Imprimer

    14 JUILLET, UN AN APRES

    Un an après ce 14 juillet 2016 où l'horreur s'est abattue sur la Promenade des Anglais, il y a eu des discours, des hommages, une structure monumentale aux 3 couleurs sur une place Masséna interdite au public, un président de la République en visite, deux passages de la patrouille de France... Mais ce que j'ai retenu de cette journée de commémoration, c'est...

    Hommage Nice, 14 juillet 2017, un an après

    Avoir pu participer à ce message tout simple, "liberté, égalité, fraternité", écrit avec les 12000 plaques bleues, blanches et rouges. Avoir posé une seule de ces plaques a été un moment d'émotion particulier, parmi des milliers d'anonymes.

    Hommage Nice, 14 juillet 2017, un an après

    Avoir écrit quelques mots de soutien et d'espoir pour les familles des 86 victimes, pour tous ces blessés dont on parle moins. Là aussi, l'émotion, très forte, est revenue, des mots presque identiques, écrits un an plus tôt.

    Hommage Nice, 14 juillet 2017, un an après

    S'être recueilli devant ce mémorial récemment installé dans un coin du jardin du Musée Masséna, où l'on retrouve un peu l'image de cet immense amoncellement de fleurs, peluches, photos, écrits, sur le terre-plein central devant le Ruhl, dans les jours qui avaient suivi l'attentat. L'impression aussi de revoir une petite partie du kiosque à musique dans les mois suivants...

    Hommage Nice, 14 juillet 2017, un an après

    Réaliser tout d'un coup que, depuis un an, je n'avais plus marché sur la Promenade des Anglais, sur ces trottoirs, sur cette chaussée... Les images se bousculent dans la tête...Impossible d'empêcher ceux qui ont perdu un enfant, un parent, un proche, de venir poser, à nouveau, des fleurs, des photos, des bougies, sur ces parterres où leur sang a coulé...même si, cette fois-ci, ils n'y resteront qu'une journée, une soirée.

    Hommage Nice, 14 juillet 2017, un an après

    Avoir vu ces 86 faisceaux lumineux braqués vers le ciel au-dessus de Nice, à l'heure de l'attentat. Une idée émouvante et spectaculaire.

    Hommage Nice, 14 juillet 2017, un an après

    Enfin, être restée quelques instants à l'église St Pierre d'Arène pour l'inauguration de la porte ex-voto créée par des artistes de la région. Beaucoup, beaucoup d'émotions dans cette journée difficile, parmi les Niçois et loin des officiels.

  • Imprimer

    RENDEZ-VOUS AU JARDIN

    danielle perucca,edith galliot,anne paul,valérie bandecchiGrâce à leur passion commune pour l'Art, leurs chemins se sont croisés et l'idée est née de présenter, en toute simplicité, leurs dernières créations dans le jardin ombragé de l'une d'entre elles. La peintre, Danielle PERUCCA, accueillait donc la sculptrice-mosaïste Edith GALLIOT, la peintre-plasticienne Anne PAUL et la céramiste, Valérie BANDECCHI.

    Comme ceux qu'elle anime au quartier du val fleuri avec son association "Créons Ensemble", Edith proposait un atelier mosaïque. Parmi ses créations originales, ses attrapeurs de rêve et son boudha provoquaient coups de cœur et projet de collaboration...

    danielle perucca,edith galliot,anne paul,valérie bandecchi

    Anne racontait l'histoire de ses petits riens ramassés dans ses balades, devenus, de fil en aiguille, des suspensions aux sons cristallins.

    danielle perucca,edith galliot,anne paul,valérie bandecchi

    Parce qu'elle aime explorer les lignes et les textures pour créer un paysage mental, Danielle présentait ses abstractions bleu azur où l'on plonge avec délice, calme et sérénité.

    danielle perucca,edith galliot,anne paul,valérie bandecchi

    Quant à Valérie, ses personnages fantastiques, accrochés aux arbres ou posés dans l'herbe, vous emportaient dans son monde d'expression des sentiments, étrange et intéressant.

    danielle perucca,edith galliot,anne paul,valérie bandecchi

    C'était un sympathique rendez-vous au jardin, en ce premier samedi de juillet...

  • Imprimer

    RENCONTRES ARTISTIQUES

    Après lui avoir fait confiance en 2009 pour initier leur collection Carte Blanche & Noire,  "Rencontres Artistiques" est le 3ème volume que les Editions Baie des Anges consacrent au photographe Louis-Paul FALLOT.

    Dans ce nouvel ouvrage, il allie sa passion pour l'image à sa sensibilité dans l'écriture pour traduire les émotions de ses tête-à-tête en 2016, avec des artistes de notre région et de tous horizons culturels : sculpteurs, chanteurs, comédiens, écrivains, plasticiens, musiciens ou photographes.

    Louis-Paul Fallot, Carte blanche & noire, Editions Baie des Anges, Rencontres artistiques
    Présentation et dédicace lors du Festival du Livre de Nice, juin 2017

    Pour chacun, Louis-Paul a su raconter avec simplicité, cette magie de la rencontre d'où nait l'envie de fixer l'instant, de garder l'émotion. Il a l'art de saisir ces petits détails qui révèlent leur univers artistique, leur concentration dans la création ou, à l'inverse, le lâcher prise une fois l’œuvre accomplie.

    louis-paul fallot,rencontres artistiques,carte blanche & noire,editions baie des anges
    "Véronique Pépin" photographie Louis-Paul Fallot pour les Editions Baie des Anges

    Je suis restée scotchée devant les portraits, par l'image et l'écriture, de la comédienne Isabelle SERVOL et de la plasticienne Véronique PEPIN, mettant magnifiquement en valeur leur personnalité lumineuse. J'y ai découvert le Père Gil FLORINI dont les clichés éclairés à la bougie donnent l'impression d'entendre sa voix "chaude et assurée".

    louis-paul fallot,rencontres artistiques,carte blanche & noire,editions baie des anges

    KRISTIAN, GEORGE, Carine MARRET, Rémy MASSEGLIA, Louis PASTORELLI, Julie RICOSSE, Michel REDOLFI, tous ces artistes se dévoilent au travers de la poésie des écrits et de la magie des photos de Louis-Paul.

    http://www.baiedesanges-editions.com/collections/collection-carte-blanche-et-noire/

    Un extrait de la préface de Jean-Luc GAG résume tout ce livre : "Quand un éditeur donne carte blanche à un artiste, quand cet artiste rencontre des artistes, quand ils offrent cette rencontre à d'autres, nous, alors des horizons apparaissent et le monde s'illumine".

    N'hésitez pas à découvrir et à suivre le blog de Louis-Paul Fallot, il raconte si bien, en images et en mots.  

  • Imprimer

    BALADE AVEC LES TRAMOPHILES

    Le hasard des publications de mon fil d'actualité Facebook m'a fait faire connaissance avec une association de passionnés qui, depuis 40 ans, préserve et sauvegarde à titre muséographique  les autobus, trolleybus, autocars, tramways et véhicules de service des transports azuréens. 

    Association Tram&bus Côte d'Azur, Tram Nice, Bus musée

    Ce dimanche, nous avons donc embarqué dans un bus de TRAM&BUS DE LA COTE D'AZUR, TCA, pour une balade dans le temps. Intérieur et extérieur parfaitement restauré et briqué, les exclamations des passagers n'ont pas cessé de fuser  : "tu te souviens des poignées pour se tenir, de la manivelle pour ouvrir la fenêtre, de ces petits tickets et du composteur..."

    Association Tram&bus Côte d'Azur, Tram Nice, Bus musée

    Le clou étant bien entendu la plateforme à l'arrière. Voyager debout, à l'air libre, suivis par les regards intrigués ou amusés des occupants des autres véhicules sur la promenade des Anglais. Certains avaient même le regard interrogateur : serait-ce un nouveau modèle de bus en circulation ?

    Association Tram&bus Côte d'Azur, Tram Nice, Bus musée

    Notre balade nous a mené du Monument du Centenaire sur la Prom jusqu'au pont du Loup à l'hippodrome de Cagnes pour revenir par les travaux de la ligne 2 du Tram dans le quartier des Moulins, en allant jusqu'au stade de l'Allianz. A un moment, notre bus de la fin des années 80 a même été suivi par un petit jeune de la ligne 9-10, qui a du prendre patience car notre vitesse de croisière était loin de la sienne, sans parler du rayon de braquage nettement plus problématique...

    Association Tram&bus Côte d'Azur, Tram Nice, Bus musée

    Nous avons fait une longue pause au Musée du Sport pour découvrir les détails de la construction de la ligne 3 du Tram. J'ai eu le plaisir d'y retrouver une ancienne connaissance du temps où j’œuvrais dans une association socio-culturelle cagnoise : M. Bruno FERLAT, passionné de trains, tram, bus et voitures anciennes, qui avait généreusement participé, il y a une douzaine d'années, avec sa camionnette des années 30, à plusieurs éditions du carnaval  pour lequel nous fabriquions des grosses têtes avec les enfants hospitalisés à Lenval. Le temps a passé mais il continue toujours, à près de 85 ans, à participer aux activités de l'association TCA et a fabriqué ses maquettes de tram.

    IMG_2616.jpg

    Une belle idée de sortie, cette balade en bus-musée, avec des gens très sympathiques qui prennent vraiment plaisir à partager leur passion, à expliquer tout le travail qu'ils font volontiers pour préserver ce patrimoine. Vous pouvez les suivre sur Facebook, ils proposent régulièrement des balades à thèmes : Contact Association TCA  04 92 04 29 04, pour Facebook cliquez ICI.

  • Imprimer

    MOSAIQUES DERUE

    Je cherchais un moyen d'interaction entre la rue et mes créations. J'ai laissé mon esprit travailler la chose et les yeux sont sortis tels quels. Puis j'ai peaufiné mes idées, je me suis imposé certaines contraintes supplémentaires et voilà le résultat. Les yeux ont été le moyen d'atteindre les objectifs, c'est à dire de donner un peu plus de "vivant " au mobilier urbain.

    la ciotat,mosaïques derue

    Il y a quelques temps, dans le fil d'actualité de mon Facebook, je vois passer une drôle de photo, des petits carreaux de mosaïque collés sur un mur... faisaient qu'un regard éclairait une bouche d'évacuation ! Curieuse comme je suis, j'ai contacté son auteur Mosaïques Derue et vous avez lu, ci-dessus, sa réponse.

    la ciotat,mosaïques derue

    Ce street-artiste discret accroche l'attention des passants sur des bordures de trottoir, des coins de piliers, des fentes anonymes dans un mur... et je suis certaine que ça provoque l'étonnement et le sourire.

    la ciotat,mosaïques derue

    Si vous passez par La Ciotat (13), ouvrez l'oeil et, en vous baladant, cherchez les créations originales de Mosaïques Derue. Sinon, retrouvez le sur Facebook et les sites de photos ci-dessous :

  • Imprimer

    LE TEMPS D'UNE OEUVRE DE FRANTA

    Jusqu'au 21 mai prochainFRANTA est enfin à l'honneur dans cette ville de Vence qu'il habite depuis plus de 50 ans. Du maire, Loïc Dombreval, à la vice-présidente du Conseil Départemental, Anne Sattonnet, ils étaient unanimes, ce samedi de vernissage à la Chapelle des Pénitents Blancs, pour dire, maintenant, leur fierté d'avoir parmi leurs concitoyens, cet artiste de renommée internationale.

    Franta, Musée de Vence, Le temps d'une oeuvre, Chapelle des pénitents blancs

    Une reconnaissance tellement méritée pour ce grand Monsieur, d'une simplicité et d'un abord si chaleureux ! FRANTA en a sans doute été touché mais ce qui m'a le plus émue, c'est le regard plein de fierté et d'amour de Jacqueline, son épouse, celle pour laquelle, en 1958, il a choisi le chemin de l'exil de sa Tchécoslovaquie natale, via la clandestinité, pour la suivre à Nice, puis à Vence. Jacqueline, la force tranquille et discrète, celle qui l'a soutenu et accompagné tout une vie, permettant au jeune peintre fougueux d'alors, torturé par ses souvenirs, de devenir l'artiste apaisé d'aujourd'hui.

    Franta, Musée de Vence, Le temps d'une oeuvre, Chapelle des pénitents blancs

    Que ce soit au Musée de Vence ou à la Chapelle des Pénitents Blancs, beaucoup d’œuvres de FRANTA sont autant de coups de poing, au travers des contrastes de couleurs ou de l'affrontement du noir et blanc.

    Franta, Musée de Vence, Le temps d'une oeuvre, Chapelle des pénitents blancs

    Elles racontent ses émotions, ses révoltes devant les violences dont il a été témoin dans sa jeunesse, ou celles de l'actualité politique dans d'autres périodes de sa vie. 

    Franta, Musée de Vence, Le temps d'une oeuvre, Chapelle des pénitents blancs

    Et puis, au fil du temps, il y a l'évolution vers la reprise de confiance dans l'Homme grâce à ses voyages en Afrique et la stabilité de sa vie familiale.

    Franta, Musée de Vence, Le temps d'une oeuvre, Chapelle des pénitents blancs

    Mon coup de coeur dans cette expo, c'est la surprise devant la toile "Maternité II". Cette mère guidant les premiers pas de son enfant représente toute la force maîtrisée qui suscite l'émotion immense éprouvée devant l'oeuvre de FRANTA. Dans le catalogue, il y a un superbe texte de la philosophe Claude MONTSERRAT sur ce sujet.

    A voir et à revoir au Musée de Vence, 2 place du frêne, et à la Chapelle des Pénitents Blancs jusqu'au 21 mai.