Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • LE HAUT DE CAGNES EN BLEU KLEIN

    Le 6 juin 1952 disparait Yves KLEIN. Parce que l'artiste a longtemps vécu à Cagnes sur mer, et notamment au Haut de Cagnes, le 50ème anniversaire de sa mort sera donc l'occasion d'une commémoration particulière, samedi 9 juin 2012 sur la place du château.

    Yves Klein, Haut de Cagnes

    La Ville de Cagnes sur mer a invité les commerçants et les artistes à participer à ce moment-souvenir, plutôt destiné aux enfants. En effet, le plasticien photographe, Gabriel Fabre animera, de 15h à 17h, un atelier de mini-antropométries "antropo-Moi" en référence aux célèbres anthropométries de Klein tandis que la Médiathèque se joindra à la Ludothèque et au service pédagogique du Château-Musée pour un atelier commun "autour de Klein", de 14h à 16h. Dans son atelier-galerie de la place Grimaldi, la plasticienne Jacqueline Matteoda proposera, de 10h à 19h, de partir à la recherche du fameux Bleu IKB dans un "Klin d'Oeil", avec la participation de Mery Vial, Hariett Macaree, Jean-Raymond Meunier, Hariett Van Egten et Gabriel Fabre. Une exposition d'oeuvres enfantines est également programmée, en principe...

    En principe, car, à 6 jours de la manifestation, je n'ai malheureusement pas trouvé de "programme officiel" ou de communication sur l'événement. Ni sur Nice-Matin (mis à part pour les ateliers de la Médiathèque), ni sur les sites de la Ville de Cagnes ou celui de l'office de tourisme !  Alors je suis allée "à la pêche" à l'info sur le Web... Trés étonnament, j'ai atterri sur le site "Rencontres en toutes lettres" où l'événement était annoncé par Yves GAY, un passionné d'écriture, de littérature et d'art :
    http://www.rencontresentouteslettres.fr/le-reve-et-le-voyage-autour-du-bleu/

    D'après ce dernier, serait également prévu, vers 17h, l'inauguration d'une plaque commémorative sur la maison de la Goulette où Yves Klein a eu un atelier dans les années 1950. A cette occasion, Frédéric Altmann devrait retracer l'oeuvre de l'artiste grâce à des textes du critique d'art, Michel Gaudet, tandis qu'Yves Gay lirait sa lettre à Klein qu'il a composée en "mots bleus". La manifestation devrait se clôturer par un imposant lâcher de ballons bleus qui créeront, dans le ciel cagnois, une méga sculpture aérostatique.

    Espérons que ce soit bien ça... et montons au Haut de Cagnes, samedi 9 juin après midi, pour voir !

  • UNE NUIT AUX MUSEES

    Pour cette "nuit des musées", le choix s'est porté sur deux sites culturels de la région cannoise : le musée Bonnard du Cannet qui participait pour la première fois à cette manifestation européenne et le musée de la Castre, dans le pittoresque quartier du Suquet à Cannes.

    Nuit des musées 2012, Musée Bonnard, Musée de la Castre, Vida Parme, Cannes, Le vieux Cannet

    18h30 Musée Bonnard, Le Cannet. La nocturne est également le vernissage de la nouvelle expo "Bonnard entre amis, Matisse, Monet...". La municipalité a donc prévu une affluence record et carrément coupé l'artére principale de la ville pour permettre à la foule de patienter devant l'entrée... Pour nous encourager, une voix au micro nous explique qu'à cause des capacités d'accueil limitées dans le bâtiment et par sécurité, nous rentrerons par petits groupes car nous avons tout notre temps... jusqu'à minuit !

     Nuit des musées 2012, Musée Bonnard, Musée de la Castre, Vida Parme, Cannes, Le vieux Cannet

    Comme cette voix l'a suggéré, nous en profitons pour monter faire un tour dans le vieux Cannet, aux ruelles joliment pavées, aux boutiques d'artisans d'art fermées à cette heure tardive, aux petits restaurants sympas pas encore ouverts, au mur des amoureux de Peynet et à la chapelle décorée par Tobiasse... Lire aussi la sympathique Note de Louis-Paul Fallot sur les origines du Cannet ICI.
     Nuit des musées 2012, Musée Bonnard, Musée de la Castre, Vida Parme, Cannes, Le vieux Cannet

    vidaparme.blogspot.com 411 rue St Sauveur 06110 Le Cannet Tél 04 93 46 45 03.

    Bien nous en a pris puisque nous avons fait une sympathique rencontre avec VIDA PARME, sculptrice, qui a gentiment accepté de nous ouvrir son magnifique atelier-galerie de la rue St Sauveur, en nous expliquant son intéressant travail de la terre.

    Nuit des musées 2012, Musée Bonnard, Musée de la Castre, Vida Parme, Cannes, Le vieux CannetVers 19h30, retour devant le musée Bonnard où la file d'attente a guère diminué. Enfin, nous accédons aux salles dont les murs de couleur rappellent ceux du musée d'Orsay récemment restauré. L'organisation de l'exposition, faite en collaboration avec ce musée parisien par le prêt de plusieurs toiles, met notamment en parallèle le même sujet traité par Bonnard et ses amis, comme, par exemple, celui de la fenêtre qu'il a autant peint et utlisé que Matisse. Nous reviendrons bientôt revoir cette exposition, de grande qualité, au calme car, ce soir, les petites pièces sont envahies au-delà de toute sécurité pour ne pas mécontenter la foule des visiteurs, rendant impossible tout recul pour apprécier les oeuvres.

    Nuit des musées 2012, Musée Bonnard, Musée de la Castre, Vida Parme, Cannes, Le vieux Cannet

    Dans ces conditions difficiles, la visite ne dure qu'une demi-heure. Nous rejoignons la terrasse où nombre de visiteurs et d'invités au vernissage stationnent un verre à la main. Une animation musicale est proposée comme dans beaucoup de soirées "nuit des musées". Et deux petites filles improvisent quelques pas de danse. L'une, particulièrement douée, suit avec entrain les accents slaves du violon.  Peu après 20h, nous quittons Le Cannet.

    Cannes 18 et 19 mai5.jpgDirection Cannes que nous traversons, étonnament sans difficultés en cette soirée de festival, pour rejoindre le quartier du Suquet et le musée de la Castre. Dans les vestiges du château médiéval des moines de Lérins, ce petit musée propose de belles collections d'art primitif des Amériques, de l'Himalaya, des antiquités méditerranéennes et des céramiques précolombiennes. Nuit des musées 2012, Musée Bonnard, Musée de la Castre, Vida Parme, Cannes, Le vieux CannetBeaucoup de pièces fascinent les enfants, comme les masques ou les sarcophages. Une partie du musée présente des peintures provençales et locales du XIXème siècle, témoignages des paysages cannois et de la Côte à cette période. On y retrouve également ces murs de couleurs qui mettent si bien en valeur les oeuvres...

     Nuit des musées 2012, Musée Bonnard, Musée de la Castre, Vida Parme, Cannes, Le vieux Cannet

    Déjà, de la terrasse et des jardins, on découvre un panorama féérique sur la baie de Cannes et les îles. S'il n'y avait pas eu d'aussi fortes rafales de vent, ce soir là, nous aurions peut être grimpé les 109 marches de la tour carrée du XIème siècle pour une vision d'un peu plus haut. Lire ICI la balade de Louis-Paul Fallot dans le quartier du Suquet.

    Nuit des musées 2012, Musée Bonnard, Musée de la Castre, Vida Parme, Cannes, Le vieux CannetFin de la balade nocturne des musées pour cette année. En bas, les lumières du Festival éclairent la nuit cannoise. La veille, quelques pas sur la Croisette nous avaient permis de profiter du spectacle des à-côtés de la grand' messe du cinéma.

    Nuit des musées 2012, Musée Bonnard, Musée de la Castre, Vida Parme, Cannes, Le vieux Cannet

    Quelques clichés, comme cette éternelle Maryline en poster géant... ou en "installation" dans une drôle de 2CV... un festival d'échelles... Un parmi tant d'autres artistes de rue... Et une jeune personne qui quête une invitation pour une projection... on peut toujours rêver !

    Nuit des musées 2012, Musée Bonnard, Musée de la Castre, Vida Parme, Cannes, Le vieux CannetLa fameuse montée des marches... de loin, car même avec le zoom à fond, impossible de savoir qui pose au premier rang. Personne de bien connu, il me semble, puisque les photographes professionnels accrédités avaient déjà déserté les échelles...

    Nuit des musées 2012, Musée Bonnard, Musée de la Castre, Vida Parme, Cannes, Le vieux CannetLe week end avait commencé au Palm Beach par le vernissage de l'exposition de Nathline et Grégory Berben, sur le thème du cinéma, bien sûr ! 

    Mais, loin des paillettes, je vous invite à lire la magnifique Note de Louis-Paul Fallot sur la naissance de la Croisette ICI... et vous verrez Cannes autrement.

  • UN BALCON SUR LA MER

    La balade d'un des jours fériés de ce mois de mai nous a amenés vers un grand classique de notre région : le parc départemental de la grande corniche.  Du fort de la Revère aux hauteurs de La Turbie, un panorama de rêve malgré la brume et les nuages.

    Parc départemental de la Grande Corniche, Eze sur mer, La Turbie

    "L'ensemble du parc se développe sur des plateaux calcaires bordés de falaises ou "baous" caractérisés par un paysage où l'eau a sculpté la roche et dégagé des formes typiques de cette érosion".  On y retrouve en effet des rochers rappelant ceux du "village nègre" du plateau St Barnabé (pour revoir cliquez ICI).

    Parc départemental de la Grande Corniche, Eze sur mer, La Turbie

    Entre mer et montagne, le parc est l'un des sites d'observation les plus intéressants de l'avifaune et des flux migratoires, notamment de début mars à fin mai et de septembre à mi-novembre. C'est aussi le domaine des grands rapaces.

    Parc départemental de la Grande Corniche, Eze sur mer, La Turbie
    A travers les 660 hectares du parc, la balade qui traverse les communes de Villefranche sur mer, La Trinité, Eze sur mer et La Turbie, est accessible à tous car le dénivelé des sentiers et des routes reste plutôt faible.

    Parc départemental de la Grande Corniche, Eze sur mer, La Turbie
    Au travers des brumes et des nuages, plutôt nombreux ce jour là, la vue plongeante sur le village d'Eze laisse imaginer la féerie des jours de beau temps.

    Parc départemental de la Grande Corniche, Eze sur mer, La Turbie

    Pour d'infos sur ce parc : site du Conseil Général des Alpes Maritimes

  • SUR LA BLOGOSPHERE, suite...

    web.jpgNouvelle sélection pour cette rubrique où je voudrais vous faire découvrir des blogs ou sites, issus des AMIS de Facebook ou bien conseiller par les amis de la vie réelle, quelquefois les uns croisent les autres...

     

    LE SITE DE RECYCLUZZ

    Diplômée designer graphique et étudiante en M2 Management de  l'Art, Elise FAURE a créé ce blog qui traite du "recyclage artistique". Elle y présente des artistes, des assocations, des designers, des entreprises, des liens utiles, des infos pratiques.

             http://recycluzz.com/


    LE BLOG DE MARIE CAGNASSO

    Marie Cagnasso vit et travaille à Vence. Diplomée des arts du feu, école des Beaux-Arts de Vallauris, elle s'inspire de paysages et de photos de la terre vue du ciel pour créer ses céramiques contemporaines.

      http://www.mariecagnasso.com/



    LE BLOG DE GEORGES BOISGONTIER

    Sculpteur installé à Vence, Georges Boisgontier réalise ses oeuvres en bronze. Voici ce que le critique d'Art, Pierre Restany, disait de lui : "Ne cherchez pas systématiquement chez Georges Boisgontier la démesure colossale. L'habituelle modestie des formats est à l'image de leur auteur, un être sensible et discret qui cherche dans la mythologie l'abri et la protection contre tous les abus de l'intempérance qui aujourd'hui nous gouverne."

         
    http://boisgontier-georges.com/

     

    LE SITE DE WEGOTALENT

    Un site d'actualités artistiques sur la région PACA : événements, musique, photo, arts, stylisme, sorties, etc...

           http://www.wegotalent.com 

     

    LE BLOG DE COMMUNIQUERPARLART

    Parce qu'elle a une expérience de vingt ans dans l'organisation d'expositions, de performances artistiques ou d'opérations de relations publiques, Chantal Paillard a créé son blog pour proposer ses services dans ce domaine et diffuser l'information sur l'événementiel de l'Art. 

           http://communiquerparlart.blogspot.fr/

  • LA TRIENNALE

    "Un large état des lieux de l’art contemporain au confluent de la scène française et des foyers de création internationaux", c'est l'objectif des organisateurs de la TRIENNALE qui se tient à Paris, jusqu'au 26 août 2012, dans 7 lieux différents dont le Palais de Tokyo.

    Triennale, Palais de TokyoEn haut au fond "Death of a king" d' Ulla Von Brandenburg, devant l'installation de pianos de Mathieu Kleyebe Abonnenc "For Julius Eastman". En bas à gauche "Motion/Emotion" d'Annette Messager.

    D'après le commissaire de l'exposition, Okwui ENWEZOR, le concept de cette édition 2012 "Intense Proximité" permet une exploration des espaces où l’art et l’ethnographie convergent vers une fascination renouvelée pour l’inconnu et le lointain. 

    Triennale, Palais de TokyoEn bas à droite, compositions de Camille Henrot, « Est-il possible d'être révolutionnaire et d'aimer les fleurs».

    La création y est abordée sous l’angle de la richesse des échanges, dans un contexte où l’art apparaît désormais comme un phénomène mondialisé résultant d’un tissage complexe de relations qui s’affranchissent des distances géographiques. "Intense Proximité" entend ainsi s’interroger sur la place de l’individu de par ses origines, sa formation intellectuelle et sa trajectoire de vie dans le contexte plus large d’une société dont les lignes de failles s’avèrent de plus en plus mouvantes.

    Triennale, Palais de Tokyo
    En bas à gauche "Palm sign" d' Yto Barrada. En bas à droite l'installation de matériaux divers
    et ventilateurs "Motion/Emotion" d'Annette Messager.

    Voilà pour l'explication intello et encore je n'ai recopié que les extraits les plus compréhensibles...  Mais trève de plaisanterie, j'ai énormément apprécié... le lieu d'exposition !  

    Triennale, Palais de Tokyo
    Dans les escaliers qui descendent vers les niveaux inférieux, deux tags, authentiques ou "mis en scène" ?

    Des oeuvres, je ne garderai, malheureusement pas, un souvenir impérissable. Eternels discours sur les différences, tout à fait respectables, entre les peuples, et donc ceux qui n'ont pas été respectés...  quelques photos chocs qui ne choquent même plus, énormément de videos, mais rien de nouveau, ni dans les idées ni dans les techniques ou la scénographie ; normal, le but de l'exposition étant simplement de présenter un large inventaire de la création contemporaine, française et internationale, des dernières décennies.

    Triennale, Palais de TokyoEn haut et en bas à droite, "Sleeping City" de Dominique Lang. En bas à gauche, les tableaux sculptures de Nicholas Hlobo. 

    Non, décidément, c'est le palais de Tokyo et ses sous-sols qui m'ont impressionnée. Entre le "chantier brut de décoffrage" et les "ruines en cours de réhabilitation", c'est la valse des hésitations au fur et à mesure de la visite des 22000 m2 sur trois niveaux. D'ailleurs, au bout d'un moment, malgré toute l'attention que l'on peut accorder aux oeuvres, on se détourne irrésistiblement vers le bâtiment, son dédale de salles et d'escaliers entre clair-obscur, son béton récent ou ses pierres anciennes... à en oublier de noter le nom des artistes et des oeuvres.

    Triennale, Palais de Tokyo
    En bas à droite, "Afro Lily lover" de Chris Olifi, acrylique sur lin et excréments d'éléphant.

    Les installations profitent largement de l'espace pour se mettre en valeur, tandis que les projections video ne manquent pas de recoins sombres pour se visionner en boucle. Il faut dire aussi que ces locaux ont accueilli, il y a quelques dizaines d'années, la Cinémathèque Française.

    Triennale, Palais de Tokyo
    En haut à droite, "A letter can always reach its destination" installation video de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige

    Au deuxième sous-sol, dans un bar écolo au mobilier recyclé et aux excellents jus de fruits non traités pressés minute, une étudiante m'a raconté qu'il y avait des histoires de fantômes dans ces murs... Il parait que des choses terribles se sont passées sous l'occupation dans ces sous-sols...

    Triennale, Palais de Tokyo

    Pourquoi pas ! Si vous passez par Paris, faites un tour dans ce lieu particulièrement à part. Il y a une ambiance, c'est sûr...(un peu comme aux abattoirs à Nice)  et des oeuvres intéressantes, quand même.

    Elle a mis un commentaire ci-dessous suite à cette note parce qu' Henriette L. a, elle aussi, un blog dans lequel elle parle des choses qu'elle a vues et aimées. Lisez ICI sa note sur La Triennale.

    Palais de Tokyo 13 avenue du Président Wilson 75016 PARIS. Ouvert tous les jours sauf le mardi, de midi à minuit. www.palaisdetokyo.com

    http://www.youtube.com/watch?v=s4Qa6Mt39jI&feature=youtu.be

  • EN PASSANT PAR VALLAURIS

    En passant par Vallauris, à l'occasion de l'exposition d'une amie peintre dans une galerie de la vieille ville, nous avons redécouvert cette partie de la cité de la céramique en baladant dans ses ruelles aux façades repeintes de frais.

    vallaurisSur la place Jules Lisnard, le regard est attiré par une "maison bleue" façon Provence... puis nous entrons dans la chapelle de la Miséricorde où est présentée, jusqu'au 12 mai, l'installation "A l'aube du..." d'Isa BARBIER.

    Mandelieu-Théoule-Vallauris-Mougins.jpg

    Superbe mise en scène aérienne que ces milliers de plumes blanches et un moment de pure poésie. "Les installations d'Isa Barbier ne sont pas des sculptures au sens classique... ce sont des volumes insaissisables qui sculptent l'espace lui-même, comme une matière incorporelle, la matière invisible du milieu qu'elles n'occupent pas, qu'elles remplissent de leur légèreté, de leur fragile suspension. Comme des atomes soudain rendus à une visibilité impossible, les plumes d'Isa Barbier viennent ensemencer le vide et lui donnent alors un volume inattendu..."

    vallauris

    Au sortir de la chapelle, toujours sur la place Lisnard, nous visitons la galerie-atelier de Serge DOS SANTOS. Pour créer le volume, il met en équilibre des centaines de petites bandes d'argile devenue céramique : "Mon travail actuel s’attache à illustrer les nanoparticules, la manipulation des structures et de la matière pour mettre en valeur le volume et tenir la terre en équilibre. En enlevant l’enveloppe extérieure, le volume se révèle s’affirme et revendique sa présence."

    vallaurisToujours au coeur de la vieille ville, rue François Donnet, la galerie Elvire Gardanne a choisi de proposer des oeuvres de jeunes céramistes. Jusqu'au 30 juin prochain, les créations de Pascale LADEVEZE, Geneviève FABRE, Rosa ROSELL et Ricardo CAMPOS y rivalisent d'originalité, tant dans les formes que dans les techniques. Le graphisme des dessins à l'encre de Chine de GEN leur répond avec harmonie.

    vallaurisPetite visite au Musée Magnelli - Musée de la céramique, où de très belles pièces confirment la grande réputation de la ville pour cet art du feu. Encore aujourd'hui, Vallauris compte une soixantaine d'ateliers d'artistes, artisans potiers et galeries d'Art, de quoi revenir faire plusieurs balades. Après un moment passé dans la chapelle décorée par Picasso, nous repartons vers le parking, non sans remarquer les sculptures monumentales de Roger CAPRON, installées sur la place ou au pied du château-musée, du béton coloré que les enfants s'approprient volontiers.

    vallaurisAu lendemain de cette visite de Vallauris-vieux village, nous sommes allés voir la deuxième partie de l'exposition d'Isa BARBIER au "Moulin de Mougins". Dans le salon, les salles du restaurant, ses installations de plumes se fondent avec délicatesse dans ce site haut de gamme, tout en ne passant pas inaperçues...