Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Imprimer

    TOMEK

    Jusqu'au 30 juin 2018, la Ville de Mougins accueille les sculptures monumentales de TOMEK avec "Bleu comme Jean". 

    Tomek, Mougins village

    Depuis environ 150 ans, les jeans habillent la mode. L’art est le reflet de notre époque et de notre civilisation. Sculptées dans le bronze ou ciselés dans le marbre, le jean et ses poches deviennent objets d’art et de désir. (…) Mes poches de Jeans sont des icônes de tous les jours, polies par le frottement de tant de regards et de tant de fantasmes… Il n’y a pas de différence entre le drapé de la sculpture grecque et le plié de jeans réalisés en bronze et en marbre. (…) Je voudrais produire des œuvres simples, au premier degré, racontant le MONDE et la MODE au présent, tels que les gens le vivent. TOMEK

    Tomek, Mougins village

    Ses bronzes de près de 200kg se fondent dans la vie de tous les jours, au détour des rues et places de Mougins, comme le jean inusable que l'on porte volontiers. 

    Tomek, Mougins village

    "La marche du jean" est son œuvre la plus connue, puisqu'elle a voyagé des Etats-Unis au Japon en passant par l'Australie, le Maroc, la Chine et l'Europe.

  • Imprimer

    UN REVE EVEILLE

    284368_253193904710018_6314520_n.jpgMarie dit : "visualiser un endroit que vous aimez beaucoup". Immédiatement je vois le hameau du village italien de mon père, je suis assise dans l'herbe d'un pré, et je regarde le village. Tout est vert, on est au printemps, c'est la campagne. Marie dit : "ressentez les odeurs, les couleurs". Je sais qu'il y a une ferme juste derrière moi et au mot odeur je vois les vaches. On allait chercher le lait frais tous les soirs. Marie dit : "prenez un chemin". Je me vois en train de marcher sur le petit chemin de terre et de pierre qui mène à ces quelques maisons regroupées. Marie dit : "il y a un escalier, vous le le montez ou vous le descendez, comme vous voulez". Où vais-je trouver un escalier en pleine campagne !  Pas d'importance, je visualise un escalier en plein milieu du chemin et je le grimpe. Marie dit "Au bout de l'escalier, il y a une porte, vous ouvrez la porte et maintenant, racontez ce que vous voyez".

    J'ai ouvert la porte et, tout de suite, je vois un vide, le ciel et des nuages. J'ai eu l'impression de revoir le début d'un rêve fait récemment. Volontairement j'ai bloqué cette image et me suis dit, non je ne veux pas refaire ce rêve.

    Je raconte à voix basse à mon binôme qui prend des notes:

    Le ciel bleu, les nuages, la mer en bas, la lumière. Je suis dans l'eau, je nage, je me sens bien, les vagues scintillent. Je rejoins un rocher et je sors de l'eau pour m'assoir dessus et me sécher au soleil. Ce faisant, je tourne vers la mer et je vois, en suspension dans le ciel l'encadrement blanc de la porte que j'ai ouvert. Bizarre, étonnant, une lumière passe au travers de cet encadrement. Je reste un long moment sur mon rocher à regarder la mer, le ciel, les nuages, cet encadrement de porte qui flotte au-dessus de ce paysage. Je pense à une apparition de la Vierge Marie...

    Puis j'en ai assez de cette immobilité, j'aperçois une plage au loin et je repars à la nage. Au sortir de l'eau, sur une plage de sable blond, je me retourne vers la mer, m'assois sur le sable et suis surprise de voir à nouveau cet encadrement blanc flotté au-dessus de la mer sur ma droite. Pourquoi est-il toujours là ? toujours la lumière à travers, les nuages blancs, diffus autour. Cela commence à m'agacer. Autour de moi, la plage de sable bordée d'une végétation. Là aussi, je reste un long moment assise au même endroit à regarder la mer, les vagues. Il fait très beau, chaud, bien que je ne vois pas le soleil mais une lumière claire. Là aussi, au bout d'un certain temps, j'en ai assez de cette immobilité. L'encadrement de porte flottant dans le ciel m'agace de plus en plus.

    un rêve éveillé

    Il faut que je bouge. Je me lève et décide de partir marcher le long de cette plage. Je tourne résolument le dos à l'encadrement de porte flottant dans le ciel. Je ne veux plus le voir. Je marche, longeant la mer à ma droite, la végétation à ma gauche, les pieds nus dans le sable chaud. Je suis seule, rien d'autre à l'horizon que cette bande de sable au bord de mer. Dans les vagues au loin, je vois une barque en bois s'approcher du rivage, un pointu de chez nous. Il me semble qu'il n'y a personne dedans. La barque vient s'échouer devant moi sur le sable. Je me demande si je dois monter dedans. Je m'approche, elle est vide, je la regarde, je la contourne et puis non, je ne veux pas monter dans la barque, je m'éloigne et reprends ma marche sur la plage. L'impression que ça n'en finit plus, toujours rien d'autre à l'horizon que la mer d'un côté, la végétation de l'autre et cette plage qui n'en finit plus de se dérouler devant moi. Dans les plantes, je vois une très belle fleur rouge, fushia, avec des pétales énormes. Je continue de marcher en me disant : "ça doit être une île, je tourne en rond !!".

    un rêve éveillé

    Puis j'ai l'impression à un moment que mon petit-fils va me rejoindre. Je lui dit : "non, ne viens pas, pas ici". Est-ce la notion d'île... je me retrouve tout à coup à l'île St Honorât, sur le chemin qui longe la mer et les rochers, juste après l'ancien fort et sa tour. Là je sais où je suis ! Je marche sur ce sentier large que je connais. Je sais qu'il fait le tour de l'île, je vois les bateaux entre les deux îles. Je sais que je vais arriver à l'embarcadère des bateaux qui font la navette entre Cannes et les îles. Je monte dans un de ces bateaux. Je vois la ville de Cannes au loin.

    Enfin, je vais revenir chez moi. Je débarque à l'ancien embarcadère, celui à côté du Palais des Festivals (étonnant car je sais qu'il n'est plus là maintenant). La sensation d'être enfin arrivée.

    C'était une expérience de Rêve Eveillé Libre, plus d'infos : www.reve-eveille-libre.org

  • Imprimer

    EN PASSANT PAR SAINT-PAUL DE VENCE

    Saint-Paul de Vence, cité artistique à la réputation internationale... Joli but de balade pour un après-midi ensoleillé de printemps. Nous faisons une première halte à la Galerie BOGENA.  

    St Paul de Vence, Galerie Bogena, place du tilleul, la forge

    Dans le jardin, les personnages de bois brut et calciné de Christian LAPIE semblent converser avec les oliviers. 

    St Paul de Vence, Galerie Bogena, place du tilleul, la forge

    De nombreux artistes connus sont représentés par cette galerie, Patrick MOYA, Jacques RENOIR, Ernest PIGNON-ERNEST. Au travers des vitres, une structure aérienne de Bernard ABRIL contraste avec la puissance d'une sculpture de FRANTA.

    St Paul de Vence, Galerie Bogena, place du tilleul, la forge

    Deuxième étape de la balade, dans les ruelles et placettes du village de St Paul de Vence. A la tombée du soir, les vitrines des galeries font éclater les couleurs de créations singulières, du figuratif à l'abstrait. Le côté "blin-blin" cacherait-il un travail intéressant...? A la Vieille Forge, un vernissage présente des œuvres mêlant peinture et photographie.